Cabaret tzigane avec Djaïma

Djaïma : Danse et chant tzigane
Crédit Photo : Loïc Vizzini

Elle nous avait enchanté à Entrez dans la Danse 2006 avec ses contes de la poule noire, un spectacle de danse et chant tzigane qui portait toute la joie de ce peuple si méconnu. Djaïma nous plonge au coeur de cette culture lors de ces spectacles :
"Je suis née dans une petite ville sur le bord du Danube en Bulgarie. Là, les peuples bulgare, roumain et tzigane se croisent et apprennent à vivre ensemble. J’ai grandi en voyant danser les ours aux sons des gadoulka (instrument traditionnel bulgare) et en écoutant les tsiganes qui jouent sous les fenêtres pour demander des vêtements et du pain. Plus tard, j’ai voyagé avec des caravanes dans les montagnes bulgares, croisé d’autres campements dans les villages autour du Moscou. J’ai rencontré des nomades dans le désert du Sahara, des Gypsy au Rajasthan et à Paris, j’ai appris à connaître les manouches. Enfin, j’ai longtemps cherché comment exprimer mon admiration pour ces gens qui m’ont appris beaucoup de chansons mais aussi tant sur la vérité de la vie."
Son site www.djaima.fr contient égalment un blog sur la culture tzigane. Elle propose une soirée Cabaret tzigane pour la sortie de l'album "Rromano ilo" le 10 janvier 2008 à 20h30 au Le Zèbre de Belleville (63 Bld de Belleville - 75020 paris)


Festival de Danse Hip Hop H2O

Nous avons décidé de vous parler plus souvent de nos confrères et donc de l'actualité d'autres Festivals de Danse. Le Festival H2O à Aulnay sous Bois "est le reflet de l’actualité hip hop de danse d’auteur. Il propose de faire découvrir au public des chorégraphes créatifs et sensibles." Nous avons pu le vérifier ce samedi 15 décembre où un prix d'entrée de 7 euros donnait droit à une soirée avec 4 spectacles aux styles bien distincts dans la salle du CAP.

- La soirée a commencé avec le soli 2 d'Emilie Sudre, chorégraphié par Anthony Egéa de la Compagnie Rêvolution. Une compagnie bien nommée tant la magie dégagéé par la danseuse impressionne et magnétise par sa précision et sa puissance. Des tours de piste qui finissent en tour de force où le break est mis à nu par une féminité revendiquée.



Cie Rêvolution: Emilie Sudre - crédit photo David Chanrion


- La compagnie Ultime, lauréat du prix de jeune auteur Beaumarchais, présentait un duo drôle réalisé avec le soutien du Centre de Danse du Galion, un exemple du soutien aux jeunes chorégraphes en danse hip hop.

- La compagnie Par Terre, chorégraphiée par Anne Nguyen présentait avec beaucoup de brio un genre trop souvent peu réprésenté lors de Festival : le Locking. Dans une joie contagieuse, 6 danseurs (issus des Virtuoses de l'instant) proposent une chorégraphie expressive, énergique et acrobatique sur de la musique jazz, soul et Funk.


video
Cie Par Terre : Keept it Funky


- Et enfin la compagnie Choréam fermait le bal avec la chorégraphie Mulata de José Bertogal, qui associe hip hop et danses cubaines.



Choréam : Mulata

Texte, Photos et vidéo : David Chanrion

Appel à Figurant ! Les Gens d'Uterpan



Nous avons le plaisir de relayer un appel à figurant de la compagnie "Les Gens d'Uterpan" (Chorégraphes Annie Vigier et Franck Apertet) dans le cadre de leur prochain projet X-EventO présenté au festival Faits d’hiver chez notre partenaire Micadanses Paris.

La compagnie recherche :
Des figurants bénévoles (danseurs et non danseurs) pour participer à une expérience/performance unique : X-Event 0 le 24 janvier 2008 à 20h30 à Micadanses (15 rue Geoffroy l’Asnier 75004 Paris)

Qu’est-ce que X-EventO ?
X-EventO est une performance présentée le 24 janvier 2008 dans le cadre du festival Faits d’hiver (Micadanses Paris). Elle sera la dernière née d’une série de performances dansées intituléeX-Event2. Les sept performancesX Event2 sont actuellement présentées à la Biennale d’art contemporain de Lyon sur une durée de quatre mois.

Participer à X-EventO c’est :
- Découvrir un projet expérimental à la frontière de la danse et des arts plastiques.
- Explorer un univers chorégraphique singulier inscrit dans le paysage de la scène contemporaine.
- C’est rencontrer d’autres personnes comme vous, des figurants d’horizons divers parachutés dans un projet hors norme.
  • Réunion d'information sur le projet :
    Le 8 ou 12 janvier 2008 (selon votre disponibilité) de 20h à 22h
    Lieu : Micadanses, StudiomayB, 15 rue Geoffroy l’Asnier 75004 Paris
  • Planning des répétitions :
  • (Si vous ne pouvez pas assister à une des répétitions merci de prévenir)
    Répétition 1 : Le 15 janvier 2008 de 18h à 22h
  • Répétition 2 : Le 17 janvier 2008 de18h à 22h
  • Répétition 3 : Le 23 janvier 2008 de 17h à 22h
  • Lieu : Micadanses, Studiomay B - 15 rue Geoffroy l’Asnier 75004 Paris (métro Saint Paul)

Merci de bien vouloir confirmer votre souhait de participer directement à la compagnie au 01 40 18 41 46/ 06 70 31 22 24 ou par email mailto:contact@lesgensduterpan.com

Le site des Gens d'Uterpan : http://www.lesgensduterpan.com/

Partenariat d'impresion avec OKI

Nous venons de mettre en place un partenariat marketing comprenant un échange de visibilité avec la société http://www.oki.fr.
Nous allons ainsi disposer d'un matériel 4 en 1 qui nous permettra de gérer en interne l’impression couleur et monochrome rapide, la photocopie, la numérisation en réseau et la télécopie via PC.

La Maison des pratiques artistiques amateurs

Nous venons de mettre au point un partenariat avec La Maison des pratiques artistiques amateurs qui permettra à l'artiste Fabrice Dugied de réaliser un stage de danse sur le thème de le Mémoire avec des amateurs. qui donnera lieu à une restitution publique le 1er juin 2008 pour Entrez dans la Danse.

A cette occasion, nous souhaitons vous présenter cette nouvelle

Auditorium Saint-Germain
4 rue Félibien
75006 Paris

La Ville de Paris a décidé de dédier l'Auditorium Saint-Germain aux pratiques amateurs des arts de la scène pour témoigner de l’importance qu’elle accorde à l’engagement personnel des parisiens dans une pratique artistique. Situé en plein cœur du 6ème arrondissement, ce nouvel espace a été inauguré le 20 octobre 2006. Il favorise échanges et confrontations de toutes les disciplines artistiques (musique, danse, théâtre) et contribue à susciter et encourager l’attitude créatrice des amateurs ainsi que les rencontres entre «amateurs» et «professionnels».

La Maison des pratiques artistiques amateurs s’adresse à :
A ceux qui pratiquent ou souhaitent pratiquer en amateur l'un des arts de la scène
A ceux qui s’engagent ou désirent s’engager dans une pratique collective...
A ceux qui souhaitent débuter une formation, se remettre à niveau, intégrer une compagnie de danse, de théâtre, un ensemble instrumental, vocal, rechercher des partenaires, une information, un conseil…
A ceux qui désirent enrichir leur pratique artistique d'un trajet singulier, approfondir et renouveler leur relation à l'art, vivre l'expérience de la création et le partage de celle-ci avec le public
A ceux qui souhaitent rencontrer d'autres praticiens dans leur discipline, échanger, confronter, débattre de l'ensemble des problèmes relatifs à leur pratique, partager des réalisations artistiques
A ceux qui appartiennent à un ensemble porteur d’une proposition novatrice et qui souhaitent la confronter à un public et bénéficier de conseils de professionnels...
A ceux qui veulent découvrir un spectacle, un concert et pensent qu'il faut prendre le risque d'être surpris, perturbé, déconcerté...
A ceux qui souhaitent élargir le champ de leurs connaissances, débattre, confronter les questions fondamentales de leur pratique aux regards de scientifiques, de sociologues, de philosophes, mais aussi d'élus, d'artistes, de responsables d'organismes culturels, de chercheurs.

Les missions de la Maison des pratiques artistiques amateurs ?
- Informer et orienter le public sur les pratiques artistiques amateurs
- Susciter la réflexion autour des disciplines
- Permettre la rencontre entre amateurs et professionnels
- Favoriser l’expression l’expérimentation et le partage
- Produire des spectacles La proposition faite aux amateurs

Connaître l’existant avec le centre ressource Jusqu'à récemment, il n'existait aucune instance à Paris qui répertoriait ou recensait l’offre, publique ou privée de la pratique artistique amateur. Aucun lieu non plus, où tous ceux qui pratiquent ou souhaitent pratiquer une activité artistique pouvaient trouver ces informations. Aujourd’hui, établir cette banque de données est l'une des vocations de la Maison des pratiques artistiques amateurs.

Pour recueillir ces informations une enquête est menée depuis mai 2006 s’appuyant sur les conservatoires d’arrondissement et un état des lieux réalisé en 2004. Toutes les données sont rassemblées et intégrées à la base nationale de données du Réseau Musique et Danse, Théâtre et Spectacles vivant (RMDTS) dont la nouvelle "Maison des pratiques artistiques amateurs" est le correspondant à Paris. Le recensement complet sera achevé au printemps 2007 et permettra de référencer l'ensemble des ressources existantes : institutions et organismes culturels, structures de formation et de diffusion, ensembles et compagnies constitués, lieux de pratique, lieux d'enregistrement. A terme, la Maison des pratiques artistiques amateurs sera un centre ressource qui permettra de développer et diversifier l’offre d’information.

La valorisation des attitudes créatrices des amateurs
La vocation fondamentale de la Maison des pratiques artistiques amateurs est de valoriser les attitudes créatrices des amateurs par le biais d’une programmation structurée autour de thématiques qui elles même seront déclinées en conférences, ateliers, master-classes, ainsi que représentations.

Des ateliers
Ils permettent des rencontres entre amateurs et professionnels. Ouverts au mélange entre expressions artistiques, ils se déroulent le plus souvent sur plusieurs semaines et s’adressent aux amateurs désirant développer leur attitude créatrice. Ils s’inscrivent résolument dans les questionnements de la création contemporaine et donnent lieu à une ou deux représentations publiques.Selon les ateliers, le niveau de maîtrise requis peut aller de la simple initiation à une pratique confirmée. Une participation financière modique est demandée.

Des masters-class
Les master-classes, véritables "leçons d'interprétation", sont proposées. Elles sont ouvertes, y compris celles destinées aux professionnels engagés dans l'accompagnement de leurs pratiques.

Des spectacles
La Maison des pratiques artistiques amateurs permet à des amateurs de monter sur scène et de présenter des spectacles en relation avec les ateliers proposés.Elle préserve un espace de programmation souple, intitulée : les Scènes Ouvertes, qui permet de diffuser des expériences de recherche et des spectacles expérimentaux.La salle fraîchement rénovée permet d’accueillir 350 personnes et dispose d’un accès handicapé de 6 places réservées.

Des conférences
Les conférences « Champs ouverts » apportent à la thématique le regard de scientifiques, philosophes, sociologues… Elles se déroulent chaque trimestre, un samedi après-midi.Par ailleurs, la thématique du moment est traitée sous l’angle de chaque expression artistique dans le cadre de conférences assumées parfois par les personnalités programmées.

Des débats
Afin d’approfondir la réflexion, la maison des pratiques artistiques amateurs propose également des débats. Dans une société en mutation, il importe de réinterroger les fondamentaux concernant les individus dans leur relation à l’art et à la culture.

Des rencontres
Parallèlement au travail par thématique, la Maison des pratiques artistiques amateurs propose une découverte par discipline ou sous discipline (exemple : Musique/Musique de chambre). Le temps d’un week-end, elle offre aux praticiens la possibilité de débattre et de se produire. Organisées avec les acteurs eux-mêmes, ces rencontres permettent à chaque milieu de traiter les problématiques qui lui sont spécifiques. Au-delà de l’écoute et du regard mutuel, les réalisations artistiques sont l’occasion pour le public parisien de découvrir l’extrême diversité de ces pratiques.

Informations pratiques
La Maison des pratiques artistiques amateurs (Auditorium Saint-Germain)4 rue Félibien - Paris 6eMétro : OdéonLa Maison des pratiques artistiques amateurs est gérée par la Maison des Conservatoires, association subventionnée par la Ville de Paris.Renseignements / Réservations : 01 46 34 68 58.Horaires d’ouverture : 11h à 19h

L’équipe
Jean-Louis Vicart, directeurEmmanuelle Plante, administratriceRené Lebrun, responsable des installations techniquesSylvie Cohen Solal, chargée des pratiques amateurs et des publicsNathalie Dembelé, responsable de l’information et de la base RMDTSLouis Gazet, chargé de projetsElisabeth Topsakalian, chargée de l’accueil

Tarifs
Tarifs : 10 euros / 7 euros (chômeurs, étudiants)Gratuit: Moins de 18 ans

Norma Claire


Femme et créole….
La danseuse et chorégraphe Norma Claire presente Va Vis, une oeuvre expressive sur son Parcours de Femme, au Musée Dapper à Paris le 30 novembre et 1er décembre 2007.

Sa nouvelle création, réalisée en co-production la Biennale Nationale de la Danse du Val-de-Marne et le Théâtre d'Ivry Antoine Vitez, est à l'image d’une traversée où Norma Claire choisit de se pencher sur elle-même pour exprimer à travers la Danse les étapes ayant marqué sa vie :

Son parcours intérieur résonne des réminiscences de l’esclavage et d’épreuves personnelles. Norma nous parle ensuite de se enracinements : L’africanité, la guyanité l’amour et la maternité. Deux musiciens et son fils Nelson Ewandé, danseur hip-hop, l’accompagnent dans ce mouvement. L’œuvre VA VIS se termine enfin sur une quête, celle de la pacification intérieure.

La composition musicale mosaïque (musique africaine, guyanaise, classique…) révèle les métissages qui ont influencé la chorégraphe, et s’inscrivent dans une démarche d’ouverture culturelle.

Riche d'une triple culture – guyanaise, africaine et française, et fort d’un langage chorégraphique où l’authenticité de la gestuelle africaine est respectée, Norma Claire nous raconte Une histoire : Une histoire particulière où le métissage est porteur d’universalité et d’espoir. David Chanrion

Norma Claire : "J’arrive à un tournant de ma vie de femme où je commence à regarder derrière moi.Des épreuves de vie, des douleurs, des bonheurs, des amours, des meurtrissures, des joies … Une énergie dense guide ma vie, mais les temps d’arrêt que je mets pour écouter mon cœur, mon corps, dire les paroles si intérieures, deviennent essentiels aujourd’hui.Prendre ce temps pour accueillir les sensations les plus profondes, les plus délicates et leur permettre de se confirmer, et de s’apaiser. Se pacifier…Entrer dans les voies subtiles que le corps propose pour avancer sur le chemin où je me trouve dorénavant. [……]"

Infos pratiques :
Musée DapperLe 30 novembre et le 1er décembre 2007
35, rue Paul Valéry75016 Paris, France

La compagnie In SENSO, lauréate du Prix des Synodales



In SENSO au parc de Bercy

La compagnie In SENSO a remporté le concours chorégraphique Les Synodales, distinguant une jeune compagnie en Danse contemporaine.

Présentation de la compagnie In SENSO :
Chorégraphes et interprètes : Odile Gheysens, chorégraphe et danseuse contemporaine -danse verticale et tango argentin - crée In-SENSO en 2004. Depuis, de nombreux spectacles aériens et insolites couplés de performances de tango argentin se succèdent. Grégory Bonnault est un danseur contemporain étonnant s’adonnant à l’art dans toutes ses formes ; aikido, tango argentin, jonglage et capoeira. Il crée Otentik.

Ils ont présenté le Spectacle “AKX” lors d'Entrez dans la Danse :
C’est en découvrant leur intérêt commun dans ces différentes disciplines qu’ils choisissent de créer le duo - “AKX” A partir de la marche, du cercle, de l’improvisation et du tango argentins’élabore une danse des corps en duo.Appréhender ces modifications - accidents liés à la répétition convulsive -ces «sorties de routes» offrent le support idéal à l’ écriture chorégraphique.La simplicité de la marche, associée ici au cercle, permettent une énumération de gestes dont la forme se décline d’elle-même, « malgré elle », à l’infini.

- Retrouvez leur vidéo et plus d'informations sur le site IN SENSO

Maroussia Vossen

Maroussia Vossen, avec qui nous collaborons depuis des années, danse à L’AUDITORIUM SAINT-GERMAIN le jeudi 22 novembre à 19H30.

Créations :
Couleurs en Mouvement : avec une robe de Sonia Delaunay
12 pièces musicales, autant d’atmosphères et d’émotions différentes.Mouvement pictural et jeux corporels se rejoignent dans cette expression dansée, insouciante et profonde à la fois.Des spirales et des lignes naissent. La robe colorée de Sonia Delaunay entraîne Maroussia Vossen dans le tourbillon des années 20, évocations des enthousiasmes et des craintes face à la modernité
Envol : Hommage à Nicolas de Staël - Musique de Roger Tessier

Depuis 1974, son travail suit trois activités :
- La création ; toujours liée à d’autres domaines artistiques, musique, peinture, sculpture, architecture, photographie, poésie… Les spectacles et performances sont présentés dans des lieux aussi traditionnels qu’insolites.
- L’improvisation tient toujours un rôle essentiel dans la recherche.
- L’enseignement :
« Chaque être possède son langage corporel qu’il le prenne en compte ou non. Mon but est d’amener l’élève à acquérir maîtrise et aisance de son corps afin que chacun trouve son propre rythme et développe sa propre danse.Etre attentif, regarder, écouter pour sentir le mouvement partout et tout le temps. »
Informations pratiques
Auditorium Saint Germain :
4, rue Félibien
75006 PARIS
M° Odéon

Réservation obligatoire : 01 46 34 68 58
Tarifs : 10€, 7€, gratuit pour les moins de 18 ans

Romano Bottinelli - Création pour Entrez dans la Danse


Nous vous proposons de découvrir la vidéo de "SDF", création spécifique de Romano Bottinelli pour Entrez dans la Danse :


video


«C’est au pied de la lettre que j’aborde le projet de danser dans la rue. SDF est un regard que je pose sur le corps d’un homme dont la rue est l’univers unique. Je désire placer le public au cœur de sa pensée, comme pour briser l’écran de ces trois lettres SDF, qui pour moi, font de ces gens des fantômes. SDF, comme un état des lieux, comme regarder en face ce qui est, mais d’un angle intime. Envisager la rue non pas comme un décor mais comme une réa-lité et inviter le public à s’interroger sur le mot «spectateur».C’est peut-être pour cela que SDF aura une résonance politique.» Crédit photo : Orélie Grimaldi. Le site de Romano Bottinelli : http://profile.myspace.com/index.cfm?fuseaction=user.viewprofile&friendid=206133549




François Genty, l'art de l'improvisation

Nous n'avons pas pu résister à vous montrer ses photographies de François Genty (crédit Cyril bruneau) qui présentait pour Entrez dans la Danse le 3 juin 2007 une performance étonnante au parc de Belleville. Le Butô qu’il pratique depuis 1999, lui permet de faire un pont entre ses passions : le théâtre, les arts plastiques et la Danse. Devenant graphique lui-même, il interpelle le public sur son rapport au corps. Il a travaillé avec Carlotta Ikéda, Katsura Khan, Atsushi Takenouchi, Léone Cats-Baril, et multiplie les soli, amenant la danse Butô vers le clown, l’interactivité avec le public et le mélange des styles. http://frangenty.free.fr/index.htm





Dolsy à La Danse entre dans les kiosques

La danseuse et chorégraphe Dolsy proposait une initiation à la Danse bollywood au kiosque Courteline à Paris le 3 octobre 2007. Nous sommes restés sous le charme de sa grâce. Nous vous proposons de faire rapidement sa connaissance à travers cette interview. Vous pouvez également retrouver quelques extraits de sa chorégraphie sur le site http://www.entrezdansladanse.fr/



video

Quelle Fête?

En préparation de la conférence de presse d'Entrez dans La Danse 2007, nous souhaitions réaliser un micro-trottoir : A quoi devrait ressembler une Fête de la Danse selon vous ? Voici le verdict de quelques passants rencontrés dans les rue du centre de Paris : Interview et montage : Camille Garbarini

video

Cie Membros : Meio Fio


Danse à l'état brut
Le festival Paris Quartier d'été présentait le samedi 28 juillet un spectacle de danse au jardin Eole à Paris 18ème : la compagnie brésilienne Membros a offert un spectacle qui ne laisse pas indifférent. Des corps qui s'entrechoquent, des murs qui frappent, des sauts d'eau qui humilient, une mise en scène où le hip hop est un langage simple, une gestuelle des corps dans la ville, un cri de survie, une dénonciation de la violence de la rue. Un spectacle à revoir à la Villette le 4 novembre. J'ai hâte !
Texte et photo : David C.