INTERVIEW 12 : ViVarts / Soraya Ebelle

14e édition d'Entrez dans la danse, Fête de la danse
Dimanche 11 juin 2017

"ENTREZ DANS LA DANSE
VOYEZ COMME ON DANSE
Sautez, dansez, embrassez qui vous voudrez !"

INTERVIEW 12 : ViVarts
Soraya Ebelle

Crédit Cyprien Leym

1/ Quel est le fait marquant qui vous a décidé à devenir danseur et/ou de chorégraphe ?



"Être danseuse ou chanteuse ne sont pas des projections de carrière au Cameroun où je suis née et où je me suis construite. Lorsque j’ai quitté le Cameroun à 17 ans pour poursuivre mes études au Québec et en France, être artiste n’était ni imaginable, ni envisageable, pourtant je continuais de nourrir la danse, la musique et le chant.
Je me suis ensuite établie professionnellement à Paris, et j’ai expérimenté la difficulté de concilier une vie d'ingénieur conseil, qui offre par ailleurs beaucoup en termes d’expérience, de rencontres ou de reconnaissance sociale et une réalisation personnelle accomplie avec la danse ou la musique.

Ce désir personnel tellement puissant de vivre au quotidien ce que j’aime et ce qui me nourrit, danser, chanter, méditer, m’a emmené à saisir les opportunités qui s’offraient. L’idée de reconnecter avec les danses traditionnelles de mon enfance et de me former à d’autres formes de danses, rythmes m’a emmené visiter la Guinée, Mali, Sénégal, Cameroun dans un premier temps, puis explorer les danses contemporaines en France, en Allemagne et les arts énergétiques.

Au delà de ce que j’espérais y trouver, j’ai découvert de multiples possibilités de « dire », « raconter », « partager » une histoire avec le corps sur la scène et d’autre part de développer la présence de chaque instant au monde qui m’entoure.
Tout cela a fait germé une association d’arts vivants en 2014  ViVArts «  Vivre les Volontés de notre Ame à se Réjouir dans le Tangible et le Sensible » qui propose des ateliers de danse pour tous et des créations : concert autour des chansons que j’ai composé pendant les voyages, performances  mêlant la voix et le mouvement. A côté des activités de ViVArts, j’ai la chance de participer à des créations en tant qu’interprète." "

2/ Avec cette pièce, que souhaitez-vous transmettre au public ?




"La pièce Mouen’ Ekombo, les langues bantu et ses sonorités  est à l’étape de travail. Au départ, le répertoire de chansons  écrit en duala, dont la chanson Mouen’ Ekombo qui  évoque ce qu’on laisse en partant pour un ailleurs chargé de doutes et d’espérance.
Le duala est à la fois la culture d’un peuple côtier du Cameroun et aussi ma langue maternelle. 

Je reconquiers le duala à travers l’exercice du répertoire. Les langues traditionnelles ne sont parfois plus transmises dans la structure familiale ou à l’école. Elles disparaissent aussi par les impératifs du monde actuel : mondialisation des échanges, l’impérialisme des cultures dominantes, l’urbanisation accélérée… Or chaque langue véhicule le système de pensée d’un peuple, d’une civilisation.
Qui peut sauver les langues ? Comment continuer à les faire exister ? Chacun a le droit d’appartenir à plusieurs langues, à plusieurs cultures ! Je propose de partager les résonances que je trouve à cette langue à travers ma corporéité de danseuse éclectique et de vocaliste passionnée par les sonorités du Jazz entendues chez Billie Holiday, Ella Fitzgerald dans cette pièce.  

Au-delà du sujet qui invite à plus d’acceptation des singularités, des choix de pensées différents des modèles majoritaires, la pièce « Mouen Ekombo, les langues bantu et ses sonorités », est un prétexte pour rencontrer le public, le spectateur, l’humain en chacun de nous, qui vit, vibre, rêve, espère ! Pour y déposer à l’endroit du sensible, de la légèreté, la joie, l’humour, l’amour, la magie, de la folie !"

3/ Qu’est-ce qui vous plait dans l’idée de participer à une Fête de la danse ? Qu’en attendez-vous ?


"Je me réjouis à l’idée de rencontrer des personnes qui aiment la danse, la création. La fête de la danse est une chance d’échanger avec tout plein de monde de cet univers et de rencontrer un public.  De ces rencontres, peuvent naître de belles perspectives artistiques et humaines.

La fête de la danse est un challenge, j’aime la scène et  je dois dépasser mes doutes et mon inconfort à me sentir « exposée » en présentant mes créations personnelles.  C’est donc un tremplin et un défi pour faire évoluer mon art."


4/ Quels sont vos événements à venir ?



"La pièce sera jouée :
-       Le 16 Juin au Théâtre Ranelagh / première partie de l’événement Miss Cameroun France
-       Le 7 Juillet au Théâtre de verre / Tremplin danse
-       A partir de septembre, une nouvelle résidence de création sous forme concert et spectacle de danse sont encours de programmation.

Un Atelier de danse ouvert à tous « Afro Bantu Fusion :
-       Le 8 juillet au Théâtre de verre 12h à 15h"


Propos recueillis par Valérie Gros-Dubois

Retrouvez toute la programmation sur :
https://entrezdansladanse.fr/programmation-2017/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour vos commentaires, ceux ci seront mis en ligne prochainement par l'équipe de Mouvance d'Arts.
Visitez notre site :
http://www.entrezdansladanse.fr/