Hommage à Jackie Burvingt au théâtre Municipal de Sens le 18 octobre 2013

Jackie Burvingt
Déjà en souvenir d'elle, l'équipe, qui l'a secondée durant des années, a pris le relais pour assurer la continuité du Concours des Synodales en faveur des jeunes compagnies contemporaine, prenant ainsi conscience de l'énormité du travail accompli dans l'ombre par Jackie Burvingt. 
C'est ainsi que le samedi 12 octobre 2013 avait lieu la 19ème édition dans un climat à la fois ému et enthousiaste de constater que l'aventure continue.
Les lauréats ont été :
- la compagnie Judith Argomaniz de San Sébastian en Espagne qui a remporté le 1er prix, à savoir la résidence Création du Conseil Régional de Bourgogne (4 200 euros), le prix du public (avec + de 200 euros), une résidence à la Bergerie de Soffin (Alfred Alerte) et une diffusion lors de la 11e édition d'Entrez dans la danse, Fête de la danse à Paris
- la compagnie les Vikings de Bruxelles en Belgique qui a remporté le pris de la ville de Sens (1 000 euros)
- la compagnie Totum qui a reçu le prix Synodales (700 euros)
- La compagnie Yeraz d'Aubenas, quant à elle, a été le coup de cœur des deux représentantes de la Bergerie de Soffin (Alfred Alerte) et bénéficiera d'une résidence également.
Une belle édition 2013 où les membres du jury ainsi que leur président Bruno Boucher, malgré les talents manifestes, ont déploré un manque d'originalité dans le choix du propos chorégraphique, le manque parfois de technicité, enfin une inspiration souvent mal digérée omniprésente tirée de certains de leurs prédécesseurs. Par ailleurs, le parti pris par les compagnies, sans aucun doute économique, de présenter essentiellement des duos, n'a pas permis au jury de se faire une idée sur leur réelle capacité d'écriture chorégraphique, 

Ce vendredi 18 octobre 2013 à 20h30 
J.L. Péchiné, P. Verrièle, G. Bordier, B. Boucher - Crédit Mouvance d'Arts
Suite au décès inattendu de Jackie Burvingt en janvier dernier, Guillaume Bordier, chorégraphe de la compagnie du même nom, des artistes et des amis(es)de la profession, son équipe bénévole des Synodales et son fils ont souhaité rendre hommage à cette femme hors du commun, généreuse, frondeuse, et découvreuse de talents chorégraphiques qui se sont depuis plus que confirmés.

Tous n'ont pu évidemment être présents, mais nombreux sont ceux qui ont répondu à l'appel de Guillaume Bordier qui a pris en main, avec Bruno Boucher et Jean-Louis Péchiné, cette soirée en l'honneur de Jackie Burvingt. 

Un discours d'ouverture a été prononcé par  Jean-Louis Péchiné, Président actuel des Synodales, Monsieur Michel Fourré, Maire de la Ville de Sens, Philippe Verrièle, compère de la première heure et journaliste, Bruno Boucher, Danseur, chorégraphe et sujet à l'Opéra de Paris, Guillaume Bordier avec une très belle photo de Jackie projetée en arrière plan du théâtre Municipal de Sens. 

Chacun rappelle la femme étonnante,et détonante, mais aussi fidèle et discrète qu'était Jackie. 
Bruno Boucher parle de cette "soirée d'hommage que l'on aurait aimé ne pas avoir à organiser", de Jackie qui défendait "un spectacle de danse qui danse" et qui a su créer un cadre rare pour recevoir ces danseurs et ces jeunes chorégraphes.

Guillaume Bordier
Guillaume Bordier remercie les danseurs, artistes, amis(es) présents et aussi les absents qui ont envoyé une vidéo pour être présents à leur manière, et présentés par Philippe Verrièle :
- la compagnie Maryse Delente avec la chorégraphe qui témoigne de ses bons souvenirs de Jury aux Synodales, de leurs coups de fil réguliers et des encouragements qu'elle a reçus de Jackie. Lauréate du Concours Chorégraphique en 2003 ;
- Faizal Zeghoudi qui a adressé un extrait de son Sacre du printemps ou "Le cri de l'indépendance" avec des danseurs sud-américains : un petit miracle ! Lauréat du Concours Chorégraphique en 1997
- un témoignage de Lucie Augeai et David Gernez avec la compagnie Adequate, lauréate du concours chorégraphique en 2011. Ils remercient avec humour Jackie pour la confiance qu'elle leur a témoignée et pour l'influence de ses encouragements sur la poursuite de leur travail chorégraphique ;
- la compagnie In Senso, lauréate du concours chorégraphique 2007 qui a envoyé  un extrait duo Pavot "Tango Addict", création 2013 pour le festival de Séoul Corée qui démontre une fois de plus la justesse des repérages de Jackie en matière de chorégraphes qui vont compter et maintenir leur compagnie sur la durée...
- la compagnie Claude Brumachon et Benjamin Lamarche qui présente un extrait vidéo de leur duo d'ouverture "Embrasés" créé en 1999 ; Lauréat du Concours chorégraphiques en 2004 ;
- La compagnie de Joëlle Bouvier avec un extrait de Roméo et Juliette "La scène du Balcon" sur la scène du Grand Théâtre de Genève ;
- le Ballet  Biarritz avec Thierry Malandain avec un extrait du "Solo"
- et enfin,  la chorégraphe Carolyn Carlson qui a confié à Guillaume un poème lu par Sonia Schoonejans et dédié à Jackie.
D'autres amis(es) et complices sont absents et ont compté : Dany Lévêque, choréologue au Ballet Preljocaj, Alain Marty  Directeur du festival de Montauban, Yves Mousset, Attaché de presse, Daniel Conroe, journaliste "Télérama" et la liste est longue...

Guillaume Bordier se souvient de leurs retrouvailles après 20 ans (il était alors interprète) lors du concours chorégraphique de 2010 où, avec sa propre compagnie, il remporte le Grand prix du Jury, puis de leur amitié, de leurs petits cafés du mercredi place des Vosges...

Philippe Serré, Directeur de Théâtre Municipal de Sens depuis 12 ans, lui, témoigne du Festival en plein air au Palais Synodales qui a accueilli tant de pointures de la danse contemporaine grâce au Carnet d'adresses de Jackie (elle entretenait avec chacun une vraie relation). Il n'en cite que quelques-uns : Jorge Donn avec Maurice Béjart en 1992, Carolyn Carlson qui rend hommage à Jorge Donn qui est décédé, Marie-Claude Pietragalla, , Eric Vu-An...
Il rappelle que Jackie Burvingt a dû affronter des tempêtes à partir de 2001, qu'elle a su surmonter par son opiniâtreté. Elle a  contribué d'une manière indélébile au rayonnement chorégraphique de la ville de Sens. Le travail accompli par cette passionnée ne se limitera pas à sa vie terrestre 
Il reprend  la phrase d'Yvette Chauviré :"Les rôles meurent avec les danseurs, puis revivent avec d'autres. La Danse n'a pas de fin. " pour conclure ainsi "Pour la danse, il ne doit y avoir de fin à Sens".

Francine Hassoun représentante du Festival Cadences à Arcachon (partenaire du Concours chorégraphique) parle au nom de son directeur, Benoit Dissaux, du lien professionnel et filial tissé avec Jackie, de sa grande émotion et de sa profonde tristesse, de la femme qui forçait le respect, de sa détermination dans son combat pour Les Synodales, de son élégance. Il la qualifie de "figure de la danse lumineuse", 'd'ambassadrice de la danse, celle qui danse", "de sa grande humanité, de son écoute, de son courage devant tous les obstacles, d'un courage non tapageur, mais simple".

Philippe Verrièle - Crédit Mouvance d'Arts
Philippe Verrièle, lui qui tant de fois, après les concours, alors que nous dégustions le très savoureux et très renommé foie gras de Jackie, nous remémorait les fêtes gargantuesques qu'elle aimait, qu'elle avait instituées comme un rendez-vous pour ses convives (danseurs et jury rassemblés, convoqués et fidèles). C'était aussi une magnifique hôtesse de maison ! Lui donc, le râleur, le contestataire, le critique, le journaliste, le bavard, le taquin, le fanfaron, le conteur aux  anecdotes qui s'enchaînent, "notre mémoire chorégraphique vivante pour une part", ce 18 octobre 2013, nous a retracé le parcours de Jackie avec sobriété et concision, avec une élégance qui semblait nous la rendre présente à tous et qui témoignait de son affection pour la grande dame.

Le Sens'As Bboy Crew composé du collectif amateur (Yonas, Julien, Simon, Xavier, Théo et Hugo) en danse hip-hop qui, chaque fois qu'il se produit, nous transporte par sa passion, son énergie et son talent prometteur, nous a encore prouvé qu'il progressait dans l'écriture tout en gardant la fraîcheur et la personnalité de chaque jeune interprète. Jackie les suivait et leur donnait la possibilité de montrer leur travail et encore une fois, elle a eu raison. Le hip-hop intéressait aussi Jackie, c'est pourquoi elle a créé en décembre 2012 à le Concours Interpré'Temps'Danse dont la 2ème édition aura lieu en février 2014.

Puis ce fut au tour des artistes présents de se produire à la mémoire de Jackie Burvingt (1940-213) sur ce beau Théâtre Municipal de Sens, bel écrin pour recevoir ces hommages :

Benjamin Dur Cie Michel Kéléménis - Crédit Mouvance d'Arts
- la compagnie Michel Kéléménis et le danseur Benjamin Dur ont offert à nos regards un extrait du solo de l'Effeuillage de "Kiki la rose" ; Lauréat du Concours Chorégraphique en 2005 ;
- la compagnie l’Estampe : Nathalie Pubellier, chorégraphe et Patrice Valero ont dansé un extrait de "Ëtre de chair". La compagnie lauréate du 2ème Concours Chorégraphique en 1996 ;
- la compagnie Guillaume Bordier : Guillaume Bordier a improvisé un solo "Fragment 14" ;  Lauréat du Concours Chorégraphique en 2010          
- la compagnie Incidence Chorégraphique de Bruno Boucher a proposé le duo "I'll seeing you" de Yann Saïz créé le 6 avril 2013, une commande de Jackie Burvingt pour le Théâtre de Sens avec pour interprètes Yann Saïz et Charline Giezendanner ;
Cie L'Estampe - Crédit Mouvance d'Arts
- la compagnie David Drouard : David Drouard est venu pour danser son solo "Métamorphosis". Lauréat du Concours Chorégraphique en 2002 ;
- la compagnie Sidi Graoui : Sidi Graoui, chorégraphe et Isabelle Franques nous ont offert un extrait du Duo de la Dunette -  "Les vignerons"1ère partie du spectacle "Le labyrinthe des origines" ;      
- Yutaka Takei a improvisé le solo "Si dolce" directement dédié à Jackie (Lauréat du Concours Chorégraphique en 2006)
- Ballet Preljocaj avec les danseurs Sergio Diaz et Yurie Tsugawa ont interprèté le duo "Les Nuits' et Nicole Saïd a lu un texte d'Angelin Preljocaj
- Sylvain Groud a dansé son solo "Juste après", dont le titre tombe à pic !



Guillaume Bordier - Crédit Mouvance d'Arts
A la suite de son interprétation, Sylvain a entraîné tous les danseurs dans un immense mouvement de danse improvisé et ce qui a été magique, c'est que nous avons assisté à un grand moment de danse complice entre danseurs de 9 compagnies. La cohésion des différentes techniques qui passaient de corps en corps aurait enchanté Jackie et a ravi spectateurs, famille (fils, belle-fille et petite-fille de Jackie), professionnels et amis(es).
Merci à tous ceux et toutes celles qui ont œuvré dans l'ombre pour que cette soirée soit une réussite, y compris les techniciens du Théâtre Municipal de Sens, et les bénévoles !

Jackie aurait été infiniment surprise et en même temps incroyablement touchée... Je la revois les larmes aux yeux dès qu'on lui témoignait de la reconnaissance...
Merci Jackie pour tout ce que tu nous as donné à tous et toutes lors de ta traversée de nos vies !
Avec affection.

Valérie Gros-Dubois








Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci pour vos commentaires, ceux ci seront mis en ligne prochainement par l'équipe de Mouvance d'Arts.
Visitez notre site :
http://www.entrezdansladanse.fr/