Interview 11 : Eva Alonzo de la compagnie Poème d'un Jour > 12e édition d'Entrez dans la danse, Fête de la danse

Dans le cadre d'Entrez dans la danse, Fête de la danse qui aura lieu le dimanche 7 juin 2015, nous vous livrerons plusieurs interviews ou portraits d'artistes, danseurs, chorégraphes qui font partie de cette 12e édition.

INTERVIEW 11

Promenons-nous à Paris, à Bercy;
Pendant qu' le public est là :
S’il n’y était pas, nous n’y serions pas !
Mais puisqu'il y est, nous y danserons !!!

Eva Alonzo



- Qui es-tu ?

« Je suis Eva Alonzo, chorégraphe ,  j’ai toujours été attirée par un besoin de créer. Plusieurs solis ont marqué des moments forts de ma vie, je suis danseuse car depuis mon enfance je dansais dansais, dansais…. Je suis également pédagogue car j’ai croisé dans mon parcours de formation de danseuse aux RIDC, de bons intervenants. Ma maîtrise des sciences techniques des activités physiques et sportives m’a également enrichie pour concrétiser ma pédagogie. La rencontre de la danse contemporaine avec Françoise et Dominique DUPUYS, de Hervé DIASNAS et la Compagnie de Anne Teresa de KEERSMAEKER, m'ont décidé à me lancer sur des créations artistiques en créant en 1992 ma propre compagnie « Poème d’un jour »

- Que fais-tu ?

«Je monte des chorégraphies et je danse. Ceci est le sens que je donne à ma vie. Mais ma façon d’être généreuse m’amène à être une pédagogue qui se donne dans l’enseignement de la danse et dans l’enseignement de la méthode Pilatès.

Mes cours de danse contemporaine aux enfants ne se cantonnent pas seulement à leur apprendre des mouvements,  je les intègre ensuite durant 3 années consécutives à ma compagnie pour leur donner la possibilité de danser sur une vraie scène professionnelle ; Magnifique !! Comme expérience, cette aventure nous a beaucoup enrichis les uns et les autres.

A Micadanses, mes  stages « danse-pilatès » à destination des danseurs ont permis de leur faire découvrir que pour pouvoir toujours danser, il fallait s’approprier un outil incontournable pour le corps qui permet de travailler les points faibles, améliorer la technique et  prédisposer le corps à danser, à courir, à skier…. .
Cette méthode que beaucoup de danseurs utilisent, m’aide à continuer à danser en gardant une qualité fluide dans la danse et à ne pas me blesser.

Je suis aussi directrice artistique avec mon époux du Festival 360° de danse, qui se déroule à la MPAA Saint Germain. Nous programmons chaque année, le temps d’une soirée, quatre compagnies donnant à voir un paysage singulier et représentatif de la danse d’aujourd’hui. Cela permet aussi de mettre en lumière la diversité des cultures chorégraphiques riches en talents, en authenticité de style et de genre.»

- Et comment vois-tu l’avenir, le tien et celui du spectacle vivant ?

« Ma compagnie, est comme des milliers d'autres. Chacune de ces compagnies ont besoin de subventions. Le système actuel d’attribution de ces subventions est  fortement lié à la création de nouveaux spectacles par les compagnies et les salles de spectacles ont tendance à ne privilégier que les têtes d'affiche déjà connues. Le nombre élevé de compagnies et ce système aggravent le déséquilibre de la filière du spectacle vivant. A ceci s’ajoute les effets de la crise sur l’avenir des compagnies de danse
La crise a été un accélérateur du désengagement de l’état par le biais des subventions allouées aux compagnies. D’autre part, l’Etat demande aux collectivités territoriales de mettre des projets culturels dans leur commune mais sans trop de moyens…..
J’ai compris que si je voulais continuer à m’engager dans l’art vivant et poursuivre mes projets artistiques et en proposer de nouveaux, il me fallait trouver des solutions créatives, repenser, me réinvestir autrement et avoir d’autres stratégies…. Développer le mécénat privé d’entreprise, commencer à collaborer à plusieurs compagnies non concurrentes pour conclure des partenariats ensemble. S’entraider entre nous, nous tenir informés sur des nouvelles résidences qui sont un soutien à la création sous forme de coproduction financière, d’apports en industrie ou en compétence, de prise en charge de manifestations ou d’actions culturelles. 

Partager une liste de structures de programmateurs, de festivals,  mettre des outils simples de communication aux services des compagnies. Certaines compagnies ont des difficultéà surmonter ces questions et buttent à ce stade, devant l'impossibilité de rencontrer  des diffuseurs ou même déjà d'obtenir un simple contact.  Cest une tâche indispensable, mais par manque de temps ou manque denvie pour ce travail relationnel, ou manque de moyens et de compétences, ils sont perdus ! Doù la nécessité de sentraider.

Nos talents artistiques, intellectuels constituent un véritable potentiel d'entraide ; collaborer, se rencontrer souvent et faire en sorte de nous rendre davantage visibles pour avoir plus de notoriété.
D’où l’obligation pour les compagnies de se créer une identité artistique forte et propre qui va servir sa visibilité, sa notoriété.
Nous, les compagnies nous avons tous éprouvé des difficultés à simplement faire venir des programmateurs lors de la présentation de nos créations, à accéder à des directeurs d’équipements ou à des réseaux,

Que reste-t-il  à faire ? Y a-t-il d’autres pistes à explorer ?

Nous l’avons vu, ce qui va permettre aux Compagnies de se distinguer est la NOTORIETE.
Par facilité souvent, les diffuseurs/programmateurs se tournent essentiellement vers des compagnies à forte Notoriété. Le public va également les plébisciter.
Alors, comment se forger cette notoriété ?
Là aussi, il faut faire preuve de créativité. Se donner des occasions d'entrer en contact direct avec notre public. Il est temps, pour les compagnies conscientes de leur avenir, de créer leur notoriété et leur visibilité par leur propre moyen tout en bénéficiant d'une entraide.
Pour moi, cela passe par 3 axes.
L'axe de développement principal est celui de la création d'événement. Il ne faut plus attendre les programmateurs pour aller vers son public. Il faut créer ces occasions et les promouvoir.
Pour promouvoir leur travail, certaines compagnies utilisent déjà Internet et les réseaux sociaux, mais de manière artisanale, et sans la formation adéquate. Il s'agit là d'un enjeu important pour permettre la rencontre avec son public.
L'entraide, la synergie et le complémentarité constituent ce troisième axe. La création de mon festival 360° en est tout simplement l'expression. Découvrir, s'enrichir culturellement, mutualiser les réseaux et le public, créer une occasion supplémentaire d'entrer en contact avec son public.
Pour moi, le festival « Entrez dans la danse, Fête de la danse » est une véritable et authentique illustration de cette philosophie créative, de partage, et développement de la danse.
J'aime illustrer ces démarches par cette phrase : « la chance arrive souvent par hasard, mais le hasard n'arrive pas par chance ! »

Il est temps de bouger et de danser.»

Lien vers teaser : https://vimeo.com/127091320

Propos recueillis par Maxime Ngia, Assistant de production et communication

Retrouvez toute la programmation d'Entrez dans la danse,  fête de la danse sur http://entrezdansladanse.fr/wp/programmation-2015/

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci pour vos commentaires, ceux ci seront mis en ligne prochainement par l'équipe de Mouvance d'Arts.
Visitez notre site :
http://www.entrezdansladanse.fr/